Campagne solaire - Campagne Sang-Dragon - campagne originelle - campagne lunaire - campagne abyssale - campagne sidérale

Campagne lunaire

    • Les personnages se rencontrent à Chiaroscuro. Amanok est à la poursuite des sang dragons de la Chasse qui ont dérobé les armes d’argent de lune de son maître, quand à Ayesha, elle est intéressée par suivre des sang dragons tout juste arrivés en ville et transportant quelque chose d’étrange. En pleine nuit, ils apparaissent l’un à l’autre, et se révèlent en tant que lunaires. Ayesha, malgré les difficultés de compréhension, accepte d’aider le lunaire du Nord.
    • Ils commencent à enquêter sur le moine qui a repris résidence dans un monastère immaculé de la ville. Pendant leur recherche d’informations, ils en apprennent plus sur un mystérieux individu qui gagne de l’importance dans les cercles politiques et mafieux (de façon fort discrète, et en prenant garde à ne jamais laisser d’indices sur sa personne, même si il se déplace souvent avec une jeune fille), un certain Ashem, avec lequel Ayesha, curieuse, essaie d’entrer en contact. De plus, ils apprennent aussi qu’une mystérieuse monte en l’air, la légendaire Mistil, agit toujours à la pleine lune. Joueuse, Ayesha décide de voler les armes d’argent de lune une nuit avant la pleine lune.
    • L’infiltration nocturne dans le monastère les met à rude épreuve face aux illusions qu’ils déclanchent, mais heureusement ils restent assez discrets et réussissent à les déjouer une à une. En arrivant devant le moine immaculé sang dragon de la terre endormi, Ayesha décide de lui voler son bâton à section de jade blanc. Mais Amanok, faisant face à une ouverture fermée, la brise en la forçant, ce qui réveille le sang dragon. Les deux lunaires font face, et même si Ayesha subit les premiers assauts en devant plier peu à peu face à l’élu terrestre, Amanok utilise ses pouvoirs de combat pour déchirer le sang dragon. Alors que le coup de grâce était venu, une silhouette s’enfuit, de l’ouverture à présent brisée, en emportant les armes qu’ils étaient venus récupérer. S’ensuit une course poursuite exceptionnellement rapide sur les toits de Chiaroscuro en pleine nuit. Leur adversaire (un ou une élue de la lune, au vu de son aura) se révèle trop rapide et indisctinct, et les personnages doivent se cacher, conscients qu’ils ont révélé leur pouvoirs à un membre de la Chasse, sans que celui-ci soit mort.
    • Ashem se décide à les rencontrer. C’est un homme magnifique, la peau bronzée et les yeux sombres, d’un port royal, habillé en riche dehlzan. Rusé et fin, il leur propose un pacte. Il peut leur redonner les armes (il déclare bien connaître la voleuse, la déclarant craintive, et ne voulant pas que les personnages découvrent trop de la voleuse) à condition qu’ils aident la jeune fille sous sa garde à l’accompagner dans le désert et à la ramener saine et sauve. Il se révèle être un solaire au moment où il utilise son pouvoir pour sceller le pacte. Toutefois, il semble séduit par Ayesha, puisque cette dernière semble le trouver à son goût et s’amuse à jouer de ses pouvoirs pour se rendre irrésistiblement belle.
    • Les personnages rencontrent ainsi Lei, une toute jeune fille plutot mignonne visiblement issue de l’Ile Bénie et assez perdue. Elle apporte les armes d’argent de lune, qu’Amanok peut ainsi récupérer, à sa grande joie. Ils font leurs préparatifs pour le long voyage qui les attend.
    • Seule Ayesha semble parfaitement à l’aise dans la situation du voyage, mais Amanok semble rapidement très bien se débrouiller dans les étendues peu à peu désertiques et sablonneuses. Mais Ayesha s’intéresse beaucoup à la jeune fille. Si elle apprend bientôt qu’elle est également une solaire (de la caste de la nuit), elle commence à apprécier la jeune élue et à la prendre sous son aile, l’aidant à affiner ses capacités physiques comme magiques. Elle apprend aussi qu’une mystérieuse femme a guidé Lei jusqu’ici, uniquement grâce à des rêves, l’aidant à échapper à tous regards dès son éveil sur l’Ile Bénie. Le petit groupe arrive jusqu’au manoir à présent vide d’Ashikalis, un ancien lunaire éliminé par la Chasse des années avant. Il semble que Lei doive récupérer quelque chose dans sa tombe, qui correspond à l’emplacement de la cité.
    • La cité souterraine semble vide, mais des silhouettes apparaissent bientôt, étranges et inquiétantes. Des spectres apparaissent, puis un énorme golem d’ossements à partir des squelettes des hommes bêtes chacals, tandis qu’un puissant némésissaire leur apparaît, comme si il était le spectre de l’ancien lunaire. Le combat est abrogé, quand l’entité les mène à son domaine dans son palais souterrain, qui domine la ville. Il cherche à leur proposer un marché (l’emplacement de la tombe de l’ancienne incarnation de Lei contre la réunification des tribus du désert qui doivent lui être apportées). Trop méfiante, et jouant l’interprète, Ayesha fait en sorte que le némésissaire entre en fureur contre Amanok et l’attaque. Ripostant, ce dernier le terrasse aisément.
    • Ils arrivent à l’entrée de la tombe, guidé par Lei alors qu’elle semble somnambule (guidée par cette étrange femme en rêve). Ils entrent dans la tombe, devant jouer les acrobates sur des fils aussi tranchant que des lames, éviter de lames dans des couloirs, trouver la sortie d’un labyrinthe en étant attaqué par des démons, jouer de leur vitesse face à des meutes des démons, résoudre d’innombrables énigmes, pour enfin arriver à la salle où repose les anciens artefacts de Lei. Pourtant, Ayesha insiste pour ne pas quitter le palais sans le fouiller, et apprend des écrits et missives du némésissaire que des évènements troublants mêlant différents seigneurs encore non identifiés (visiblement très puissants) essaient de prendre le pouvoir dans le désert, et que la Guilde trafique avec les différents participants afin de gagner toujours plus de profits.
    • Ils repartent vers Chiaroscuro. Pendant le long voyage, outre les brigands du désert, Ayesha intervient pour sauver la vie d’un jeune enfant issu des tribus du désert, qui voulait se sacrifier à un esprit des tempêtes de sable. Ayesha réussit à emporter l’enfant au nez et à la barbe de la tornade et cherche à négocier sa vie face à l’esprit. Confrontée au choix douloureux de l’esprit entre la vie de l’enfant et la vie de la tribu entière, elle laisse l’enfant aux griffes de l’esprit. Elle apprend ainsi qu’un esprit du désert (le maître de l’esprit tempête), semble prendre de l’ampleur et vouloir dominer l’ensemble du désert.
    • Ils arrivent à Chiaroscuro. Rapidement, ils apprennent qu’Ashem a disparu, et qu’il a rejoint son maître. Mais surtout, ils sont rapidement poursuivis par une Chasse. Néanmoins, celle-ci est impuissante face à la rapidité des personnages lunaires, qui cherchent avant tout à sauver Lei et préfèrent s’éclipser. Ils décident de sortir de la ville, ce qui n’est guère un souci pour eux.
    • Décidant de chercher dans les autres villes du Sud des traces d’Ashem, ils décident de partir vers les cités-Etat Varanguiennes (préférant éviter Parangon, trop dangereuse à cause du mystérieux pouvoir du roi dieu). Arrivés à Yane, étonnés des étranges coutumes, ils décident d’en apprendre plus sur le Grand Astrologue, afin de récupérer d’éventuels indices. Ayesha infiltre facilement le palais, mais l’Astrologue se révèle incapable de fournir le moindre indice et Ayesha, dépitée, le délaisse. pendant ce temps, Amanok file Lei, qui a cherché à s’éclipser le plus discrètement de leur auberge pour aller dans un des temples entourant le palais d’où sort Ayesha. Elle rejoint ainsi la mystérieuse guide qui l’attendait, et qui doit faire face à la méfiance des personnages, particulièrement quand ceux-ci se sentent insultés par les propos de Sambre d’Archelune. Cette femme, aux cheveux gris mais ne paraissant pas spécialement âgée, toujours noble et droite, sans apparaître hautaine. semble par contre être au courant de la disparition d’Ashem et leur dit d’attendre le retour du solaire (envoyé pour une mystérieuse mission) Retournant à leur auberge pour finir la nuit, Ayesha reçoit un rêve de la mystérieuse femme, qui lui montre son maître capturé par des entités. Hésitant quand à la démarche à suivre, Amanok et elle décident de partir à la recherche du maître lunaire Sina.
    • Les personnages repartent vers le désert, dérobant aux caravanes de quoi continuer leur voyage.
    • Ils arrivent au domaine du lunaire, et font rapidement face aux nouveaux occupants des lieux, des faes (deux cataphractes et une diplomate), plus leurs serviteurs hobgobelins. Les lunaires arrivent un temps à leur échapper, mais sont rapidement rattrapés par les cataphractes, des êtres elfiques, longilignes, armés de rapières et vêtus de vêtements de cour. Leur premier affrontement blesse gravement Ayesha, et après leur courte fuite en dehors du manoir, Amanok doit faire front, puis s’incliner en se faisant lui aussi battre par un des guerriers faes.
    • Les êtres faeriques les capturent donc et les emmènent, prisonniers, vers leur seigneur, loin dans les terres du Sud, proche du Pole Elémentaire du feu. La diplomate, Milos, une créature féminine semblant faite d’ébène, se révèle rapidement redoutable, et si Ayesha essaie de jouer à un jeu de dupes avec la fae, elle tombe ne grande partie sous son charme. Néanmoins, elle en apprend beaucoup à force de manipulations sur la situation. Son maître est d’ailleurs bien emprisonné chez les faes, car ces derniers sont très intéressés par les secrets des tatouages lunaires. Pourtant, elle semble tout ignorer des évènements à propos des êtres « non vivants » dans le manoir d’Ashikalis.
    • Arrivés à un port réunissant des faés et d’autres personnages (mortels, esprits), les personnages embarquent sur une mer de flammes jusqu’à la demeure du seigneur faé Pétal de Flammes, un immense palais-fleur flottant sur la mer de feu.
    • Ils sont ainsi montrés au seigneur faé, une créature masculine seigneuriale, avec de nombreux aspects végétaux et enflammés. Amanok est rapidement obligé, quoique pas hostile, de combattre des cataphractes dans les arènes faériques. Ayesha joue la mijaurée et est confiée aux soins de Milos, qui fait tout pour garder son attention fixée sur elle. Ils découvrent de nombreuses entités à la cour du seigneur : outre l’immense majorité des faés, des esprits sont également présents, ainsi qu’un sang dragon du feu tatoué (ce qui explique l’intérêt des êtres kaotiques pour Sina et son savoir des tatouages). Ayesha, utilisant de ses tours d’illusionnistes, entre en contact avec Sina, une grand homme de race noire, et cherche un moyen pour le libérer de l’entrave qui le retient envers une autre courtisane fae. Jouant toujours son jeu de dupes, elle arrive à retrouver Lei, que le seigneur faé garde jalousement. Afin qu’elle ne devienne pas sans âme, Ayesha joue les conteuse, en cherchant à réveiller Lei (ce qui correspond d’ailleurs aux désirs du seigneur, puisque Lei est alimentée en émotion et souvenirs). Un jour, Milos laisse entendre à Ayesha qu’elle pourrait l’aider à faire fuir Lei. D’un autre coté, Ayesha apprend de Sina que les faés adorent inspirer ainsi de l’espoir à leurs prisonniers, avant de les rattraper. Mais Ayesha profite de cette opportunité pour enfin arriver à libérer son maître et inspirer à Amanok le désir de quitter aussi les lieux.
    • Avec « l’aide » de Milos, tous (même si la faé ne sait pas pour Amanok, ni pour Sina) voyagent sur la mer de flammes, le navire piloté par la diplomate. Arrivé sur les côtes, Ayesha se sent trop attirée pour quitter la faé, et seule l’intervention des deux lunaires permet de neutraliser la faé. Utilisant de sorcellerie, Sina les emporte tous loin vers le nord, jusqu’à arrêter leur périple magique dans le désert.
    • Pendant un temps, il leur sert à tous de mentor, même si il met en garde les jeunes lunaires du danger que représente les solaires, qui sont selon lui maudits au plus profond de leur âme. Conseillant Ayesha et Amanok, il leur dit de rassembler les tribus nomades proches de la civilisation et de faire face à la Guilde, afin de lever une armée contre l’invasion qui se prépare, conjointe entre les faes et les esprits du désert, après avoir ramenée Lei.
    • Les personnages retournent à Chiaroscuro. Ayesha laisse Amanok seul en ville afin que ce dernier apprenne toujours mieux la langue pyrique. Elle ramène Lei au solaire éclipse et en profite pour nouer une relation d’amants avec lui. Ecoutant leurs aventures, le solaire déclare que le pacte est accompli. Avant de repartir vers le désert, Ayesha demande à Ashem de pouvoir rencontrer Mystil. La rencontre à lieu en pleine nuit (Amanok se refusant à accepter les conditions de la lunaire et ne la rencontrant donc pas) et Ayesha se rend compte rapidement que la lunaire est une sans caste, même si son totem est la gerboise. Pourtant celle-ci est très farouche, sans beauté particulière excepté ses yeux bleus glacés, et jalouse. Elle se refuse à écouter vraiment Ayesha. Les personnages repartent donc dans le désert.
    • Ils jettent leur dévolu sur une des tribus du désert, les Pumari, qui est une tribu de nomades et parfois pillardes du désert montées sur des lions de sable, uniquement composé d’adolescentes simplement vêtues de robes de perles de terre et des archères émérites. Les lunaires entrent facilement en contact avec cette tribu et rencontre leur chef, une sang dragon de l’aspect de la terre, Tessuya, une somptueuse sang dragon aux cheveux noirs, droite et fière, épaulé par une étrange artiste fae, Sijuan, une sorte de vieille entité félidée à tête de lionne. Afin de gagner l’estime de la tribu, les femmes leur demandent de les aider à faire face à un esprit tempête de sable qui vient demander un tribut de jeunes filles en échange de la survie de la tribu. Ne pouvant pas faire face eux même à la menace, les personnages décident de retourner à Yane pour apprendre comment faire face aux esprits.
    • Grâce au cadeau temporaire de Sijuan, deux lions de sable, les lunaires arrivent rapidement à la capitale varanguienne. Ils rencontrent de nouveau Sambre, qui consent à enseigner (au moins à Amanok, qui réussit à comprendre l’enseignement de l’étrange femme) à voir et frapper les esprits dématérialisés. En échange elle demande à ce que le maître d’Ayesha, Sina, apprenne plus tard à Lei la forme mythique d’arts martiaux du serpent. Ayesha préfère quand à elle passer du temps avec la jeune élue solaire, développant ses propres capacités d’illusions.
    • Les personnages repartent aider les Pumari, qui ont dû cruellement sacrifier de leurs jeunes filles à l’esprit. L’accueil est plutôt froid, mais les lunaires font face à l’esprit quand celui-ci revient, et le tuent. Ils reçoivent ainsi l’appui des Pumari.
    • Afin d’éviter à la tribu de perdre de leurs jeunes filles contre une tribu guerrière, les Kweta, les lunaires partent aux frontières des territoires pumaris. Arrivant dans un village décimé de cette autre tribu, ils découvrent rapidement qu’un énorme esprit serpent dort, dématérialisé et tranquille, sur l’arbre qui surplombe le village dévasté. Dans le même temps, des guerriers noirs kwetas, montés sur des zèbres, et menés par un lunaire au totem du zèbre, Noumba, un noir puissant, viril, fier, assuré de sa force et maniant un puissant marteau à deux mains d’argent de lune. Il vient fouiller le village pour savoir qui est responsable du carnage. La situation dégénère lorsque qu’Ayesha tente de contacter discrètement le lunaire, qui l’attaque immédiatement et cherche à faire également front contre Amanok, ignorant les paroles de celui-ci concernant le dieu serpent dématérialisé. Le combat tourne au chaos, au moment où le lunaire décide que les personnages sont ses ennemis, alors même que le dieu est attaqué par Amanok. Les coups pleuvent, les cavaliers mortels sont rapidement décimés par la violence du combat. Le dieu est finalement tué par les lunaires. Pourtant, Noumba décide que les personnages restent ses ennemis et cherche à mener un combat inéquitable face à Amanok, blessé, qui parvient tout de même à se défendre et à pouvoir ainsi s’exprimer. Face à cet adversaire buté et méprisant, les personnages ne peuvent que lui imposer de ne pas attaquer les Pumari pendant un an et un jour et à ce qu’il prépare sa tribu contre la future invasion faérique.
    • Les personnages retournent dans les terres pumaris, et organisent l’attaque d’une caravane de la Guilde, qui passe aux frontières de leur territoire. Ayesha infiltre la caravane, et réussi même à voler l’arme de jade de la chef de la caravane, une sang dragon de l’eau issue de l’Empire, (Leedal) Miruko. Elle retourne retrouver les chasseresses du désert (des demi esprits mi femmes mi crotales) et à la pleine lune, l’attaque est lancée. Ayesha retourne à la caravane, prend l’apparence de la sang dragon en se révélant comme anathème, provoquant la panique, et devant faire face aux assassines demi esprits qui accompagnent la sang dragon. Elle en blesse une et en tue une autre, puis se replie au moment ou les Pumari attaquent à l’aide de leurs flèches. Amanok fait également un carnage, et Tessuya vainc en duel Miruko. Cette dernière, ainsi que la demi esprit blessée sont ramenées (ainsi que les prisonniers mercenaires et les esclaves) prisonniers au camp des Pumari. Dans le même temps, les pillardes peuvent récupérer de nombreuses richesses issues de la caravane.
    • Cherchant la tribu susceptible de faire du commerce avec les Pumari, les personnages partent à la recherche des Kelpo, une tribu mythique de nomades qui parcourent le désert plus profond sur des cités-navires des sables. Ils montent finalement sur une de leur cité (même si seul Amanok se révèle lui-même) et est bien accueilli. La tribu est réceptive à ses propositions, surtout quand Ayesha apparaît au chef en pleine nuit, se faisant passer pour une déesse afin de donner plus de crédit à Amanok. Pourtant, les tribus sont soumises aux courants des vents et ne peuvent pas changer leurs modes de vie. Mais ils acceptent, en échange de la proposition d’aide du lunaire, à faire partager leurs moyens de communication aux Pumari au vu des évènements à venir.
    • Ils déposent Amanok aux limites des territoires d’une autre tribu du désert, les Arum, des esclavagistes qui font face aux tribus alliées à Gemme. Ceux-ci souffriraient en effet d’attaque issues d’un esprit (qui aurait l’apparence d’une tempête de sang).
    • Ayesha et Amanok arrivent rapidement sur des lieux où l’esprit a dû sévir, car ils tombent sur une oasis où tous les Arum ont été vidés de leur sang et sont comme momifiés, quels qu’ils soient. Ils continuent leurs recherches et arrivent à un village. L’accueil est tendu (seul Amanok apparaît directement, Ayesha préférant se mêler incognito à la populace), mais la terreur s’empare de la bourgade quand une tornade sombre se manifeste, laissant place à un dieu de la soif et de la mort. Il ressemlbe à un cadavre desséché habillé comme un touaregh. Rapidement, les lunaires font face, mais les pouvoirs de l’entité blessent trop profondément Ayesha pour qu’elle combatte longuement, et seul Amanok reste en mesure de le combattre. Pourtant, l’esprit vampirise des vivants, et si Amanok le blesse terriblement à plusieurs reprises, il semble immortel. Néanmoins, il disparaît, laissant le village relativement intact finalement. Mais Amanok brille de flammes argentées, et est immédiatement considéré comme anathème. Il se retire, furieux, mais ne cherchant pas à faire changer l’esprit des gens. Ayesha reste et la nuit, apparaît comme une déesse aux villageois afin de montrer son désaccord, mais disparaît bien vite à la suite d’Amanok, consciente qu’elle ne pourra pas aisément faire changer les villageois d’avis.
    • Les personnages arrivent à une oasis, et se retrouvent une nouvelle fois face à Cisif. Les lunaires remportent le duel, mais Ayesha est pratiquement terrassée par l’explosion finale marquant la fin de l’esprit. Grâce à l’esprit de l’oasis, elle récupère de ses blessures et évite ainsi la mort.
    • Les personnages repartent vers les territoires Pumari. Ils apprennent des Kelpo qu’ils croisent (une cité flottante passant sur leur route) qu’un chef militaire mythique, Kurkaz, serait de retour dans les terres d’autres tribus du désert, celles des nomades delzahns. Mais les attaques infligées à ces tribus ont attiré l’attention de l’Empire, qui a envoyé une légion. Rejoignant les terres Pumari, les personnages racontent leurs aventures à la chef sang dragon de la tribu, Tessuya. Ils se concertent et arrivent à la décision de partir plus loin au sud, afin d’éviter d’être traqués et décimés par les mercenaires de la Guilde et par l’Empire.
    • Les personnages décident de rencontrer Kurkaz, afin de déterminer si il ne serait pas un lunaire. Ils tombent sur les restes de chasses à l’homme dans les terres qu’il semble maintenant dominer. En suivant la piste, ils surprennent un homme bête, un être humanoïde, mais aux traits également félins de guépard. Celui-ci les guide à son maître, qui s’est établi dans un manoir présent au fond d’une faille ou canyon. Ils rencontrent ainsi Kurkaz, qui se révèle bien être un lunaire, au totem du guépard. Il est un être longiligne et d’une immense beauté et noblesse, toujours en forme de bataille. Il se montre accompagné de deux lunaires : Rashi, qui est un pleine lune au totem de la hyène, un être bossu et ravagé par les cicatrices, maniant des gantelets à lames d’argent de lune et Takion, au totem du chacal, un individu à face de fouine et sombre, à l’air dangereux. Mais à part Kurkaz, toujours en forme de combat, les autres lunaires semblent particulièrement couverts de blessures et très primitifs. L’accueil de Kurkaz est dur, et les personnages sont assez peu réceptifs. Amanok refuse de mettre genou en terre, et le duel contre Rashi, qu’il perd sans surprise, ne le convainc pas de montrer du respect à son maître, Kurkaz. Il quitte donc l’antre du lunaire, menacé néanmoins par Kurkaz suite à ce que ce dernier juge comme un manque de respect et un manquement au code. Ayesha se montre plutôt rétive à devoir plier face à ses aînés, mais en se montrant respectueuse, en apprend plus sur les motivations de ses frères lunaires. Kurkaz désire en effet appâter la légion pour la forcer à faire face aux armées faes qui arrivent. Il laisse repartir Ayesha en lui donnant deux mois pour préparer les Pumari au test que son élève, Takion, effectuera sur la tribu.
    • Les personnages rejoignent les Pumari, déjà parties vers le Sud. Offrant leurs services en qualité d’éclaireurs, les lunaires arrivent à la cité Kelpo de Toukalera, la capitale. Cette dernière se découvre être une cité de l’ancien temps, une sorte de catamaran à partir d’un galion recouvert d’orichalque, en même temps qu’un manoir. Afin de faire monter ultérieurement les Pumari à bord de la cité, Ayesha décide de prendre la place du roi (Moussa). Faisant fi des coutumes Kelpo, elle peut ainsi faire monter à bord les Pumari en usant de son autorité royale. Elle apprend également que le Prince (qui se révèle être un solaire de la caste de l’éclipse) a déjà attaqué la cité et cherche à peser de son autorité pour s’introduire dans une salle au quelle personne n’a pu accéder depuis l’ancien temps.
    • Les Pumari, montées à bord, sont bientôt attaquées de nuit par Takion. Néanmoins, Amanok puis Ayesha réagissent rapidement et s’opposent au lunaire. Redoutable archer avec son arc d’argent de lune et de plus terrible assassin, celui-ci apprécie néanmoins leurs compétences. Il leur propose ainsi de les renforcer, mais pour cela les Puramis (les plus fortes d’entre elles) devraient accepter de devenir des hommes-bêtes afin d’être réellement efficaces face aux faes. Les personnages lui demandent du temps et Takion répond qu’Ayesha pourra faire parvenir leur réponse à Kurkaz. Il disparaît cette même nuit.
    • Afin de damer le pion au Prince, Amanok décide de partir chercher Lei à Yane pour qu’elle ouvre l’accès à la salle mystérieuse, que seul un solaire peut ouvrir. Mais le Prince arrive, escorté par plusieurs faes et une marée de hobgobelins montés. Le Prince, un individu à l’aspect plutôt banal, mais à l’air retors et particulièrement suffisant, armé et protégé d’orichalque, monte à bord et Ayesha l’accueille, toujours en ayant la forme du roi Moussa. Confiant, le Prince laisse son escorte de cataphractes (ainsi que de Milos, enchaînée et visiblement déchue) suis seul la lunaire. Celle-ci l’emprisonne et commence à le questionner, mais face aux réponses indifférentes du Prince, elle cherche à se débarrasser rapidement et définitivement de lui. Mais celui-ci possède de nombreux pouvoir entre autre issus des esprits, et se dématérialise, puis fuis par un portail afin d’échapper aux lames d’Amanok. Les lunaires doivent néanmoins faire face aux faes restés à bord, qui commencent à demander des humains pour satisfaire leurs besoins, indifférents à l’annonce de disparition du Prince. Pour débarrasser la ville de leur présence, les lunaires abattent à l’arc les griffons laissés sur le pont, puis Amanok tire sur un fae avec une flèche de fer, le blessant légèrement, mais attirant surtout sur eux la colère des cataphractes. Les personnages bondissent dans le désert, suivis par les guerriers faeriques, malgré tous leurs pouvoirs basés sur la vitesse.
    • De façon miraculeuse, ils rejoignent Sambre, Ashem et Lei, les attendant dans le désert. Protégés des faes par la présence de leur allié éclipse, les personnages rejoignent le petit groupe et repartent dans la direction du galion, maintenant débarrassé de la présence des faes.
    • Ayesha décide de libérer Milos, en raison du sentiment de trahison qui reste en elle après s’être échappée, allant contre sa parole donnée à la diplomate. Ashem apparaît rapidement comme un libérateur, d’autant plus quand les Pumari décident de quitter le navire pour trouver de nouvelles régions où habiter. Le roi est rapidement libéré, et accepte de confier le galion à Ashem, le libérant du reste de la cité. Il ne faut en effet que peu de temps au solaire pour ouvrir la porte secrète, mais aussi pour s’harmoniser avec le navire, qui se révèle être un manoir mobile. Sambre explique aux lunaires que si elle a cherché à les sauver de la mort qu’elle leur avait prévu, elle aimerait également leur aide pour sauver un des membre du cercle que forment Ashem et Lei, qui devrait mourir dans peu de temps sous les coups de la Chasse Sauvage à Gemme. Les personnages, accompagnés de leurs alliés montent dans le galion (qui se révèle être un navire volant) piloté par Ashem et filent en peu de temps vers la cité.
    • Grâce aux talents de diplomate de l’éclipse, ils entrent sans problème dans la ville. A l’auberge, ils décident de se séparer en trois groupes pour trouver trace du solaire, se donnant une journée de recherches. Amanok décide d’écumer la ville, mais revient sans guère de pistes. Ayesha, quand à elle, infiltre le palais du Despote Rankar V. Apprenant que la tribu des Lokhora, tribu de nomades mercenaires fidèles à Gemme sont présents en ville, et que leur chef ne serait pas mortel, Ayesha décide de le rencontrer. Son arrivée dans les appartements des conseillers (elle leur apparaît comme une courtisane du palais) provoque immédiatement l’hostilité et elle se fait agresser par les guerriers. Toutefois, son agilité lui permet de dominer la situation, ce qui provoque l’apparition d’Urta, le chef des Lokhora, qui se révèle être un dieu du feu, un djinn des plus musculeux et puissamment enflammé. Celui-ci se montre intransigeant, mais quand Ayesha lui apprend la disparition de Cisif, l’esprit de la soif du désert, perverti par le Prince, il accepte de la laisser partir sans guère d’encombres, lui ayant appris qu’aucun anathème n’appartient à sa tribu. Continuant ses recherches, elle apprend qu’un anathème est prisonnier dans les prisons du Despote, capturé après que lui et une autre anathème aient cherché à entrer par effraction dans la bibliothèque seigneuriale. Disposant de ces informations, Ayesha retrouve Amanok, Ashem et Lei. Ces derniers ont également infiltré le palais (à leur manière propre) et possèdent également les informations sur le prisonnier.
    • La nuit venue, ils décident sans attendre de le libérer. Tous hormis Ashem infiltrent le palais sans encombre, et en ressortent aussi facilement, accompagné d’un étrange personnage (porté par Amanok, passé en forme de bataille pour porter le solaire). L’anathème solaire se révèle être un érudit et un sorcier, un homem d’âge mur, petit presque rondouillard, maladroit et intarissable sur ses recherches encyclopédiques. Ils rejoignent leur auberge et Ashem, et décident de quitter la ville sans tarder.
    • Pourtant, ils sont attendus en embuscade par la Chasse Sauvage (au complet, celle qui avait précédemment tenté d’abattre les personnages et Lei à Chiaroscuro). Pas moins de 7 sang dragons (une terrible archère du feu, le chef artiste martial de l’eau, deux guerriers de la terre, un lancier du bois, deux assassines de la terre) leur font face, apparaissant les uns après les autres pour les surprendre. Le combat tourne immédiatement au désavantage des élus célestes, Ashem n’étant pas un guerrier, Lei se faisant terriblement blessée. Ayesha a bien du mal à faire front, se retrouvant au milieu des assaillants élus, plusieurs fois blessée par l’archère et ses terribles traits de feu. Amanok s’en tire mieux, manquant presque de tuer un des guerriers de la terre sang dragon armée de deux masses de jade blanc. Le sorcier se révèle contre toute attente utile, utilisant de deux sortilèges déroutant leurs adversaires, obligeant un autre guerrier de la terre à se retourner contre son camarade lancier, puis invoquant des brumes, permettant la fuit des élus, Ayesah portant Lei inconsciente, et Amanok réussissant à porter le sorcier et Ashem. Ils arrivent, grâce à leur vitesse divine, à fuir la ville, échappant une nouvelle fois à cette Chasse.
    • Ils atteignent le galion, gardé par Sambre, et s’envolent. Rapidement soignés, ils en apprennent plus sur les deux solaires. Le sage-sorcier se nomme Archibalde Timonidès (Timonidès) et est un pur érudit (un solaire de la caste du crépuscule), ayant réussi à voyager grâce à sa rencontre avec l’aube du cercle, la guerrière Karyon. Les personnages apprennent que leur voyage les a conduit jusqu’à Gemme, où ils se sont fait effectivement capturés après leur effraction de la bibliothèque. Mais le Despote souffrait du vol d’un fabuleux joyau, le cœur de Babigata (la plus grosse émeraude existante), par un anathème, Puchara, issu des forets vierges du Sud-ouest. Il a exigé que la guerrière parte à la recherche de l’émeraude, en échange de la libération du crépuscule. Les élus décident de partir à la recherche déjà de la solaire, voire de la gemme et de l’anathème.
    • Le galion survole les étendues désertiques, déjà de sable, puis des montagnes. Les élus, à tour de rôle font la vigie. Lei et Ayesha découvrent un vol de corbeau charognards. En effet, une bande d’hommes bêtes avec des traits de yachs a été décimée et git, dans le sang et la neige. De plus, les lunaires, descendus à terre, découvrent qu’un de leur frère a été abattu, sa tête plantée au bout d’une pique. Ayesha récupère sur le corps de leur frère mystique un anneau d’argent de lune et une arme, en mélange d’une hache et d’une masse à deux mains du même métal sacré, qu’elle emporte. Les lunaires suivent à pied entre les cols la piste de celle qu’ils pensent être la guerrière solaire.
    • Ils la pistent et la rattrapent, lui apparaissant de façon claire. Karyon suivait sa route et leur apparaît comme une aventurière, blonde, d’une beauté aussi parfaite qu’Ayesha et armée d’une lame monstrueuse d’acier qu’elle manie à deux mains. Ayesha déploie sa barrière d’anima pour appeler le navire volant. Pendant ce temps, Karyon, intéressée par faire face aux meilleurs des guerriers, défie Amanok en duel. Ayesha assiste à un grand déchaînement de puissance, mais Karyon marque nettement sa supériorité face au lunaire, en reconnaissant sa valeur au combat. Par la suite, Amanok demande à Karyon de s’entraîner avec elle, afin de développer ses capacités. Le navire récupère la solaire et refait voile vers le désert. Pendant le voyage, Ayesha apprend non seulement à maîtriser et développer son éveil à la quintessence grâce à Amanok, mais aussi à développer un charme pour réduire les protections de ses adversaires grâce à l’aide de Sambre, qui les quitte bientôt.
    • Sambre revient, toujours par sorcellerie, indiquer aux élus que non seulement elle a eu une vision (qui se révélera plus tard être la disparition d’une légion) et leur indique de plutôt partir vers Chiaroscuro, afin d’aider Lei à retrouver ses artefacts. Ils apprennent que l’Empire a déplacé finalement 3 légions : la légion d’Acier, qui a poursuivi Kurkaz loin dans le désert, la légion d’Opale qui a débarqué du côté des cités Etats vanranguiennes, qui a massacré les Kwetas ainsi que le lunaire Noubmba, et la légion Blanche (constituée de nombreux immaculés) rejoignant le Giron.
    • Après avoir ramené le navire à son emplacement initial (la capitale Kelpo), les élus solaires et lunaires partent vers la ville grâce au sort de tornade de Timonidès. Arrivés là bas, ils récupèrent en négociant l’orichalque via un important personnage collectionneur. Les personnages décident de repartir vers le sud en allant visiter les Pumari.
    • Ils découvrent la tribu installée dans le sanctuaire où Kurkaz s’était caché. La tribu se porte bien. Toutefois, avant de repartir, Ayesha reçoit un rêve d’une inconnue (une femme étrange aux traits d’oiseaux) lui demandant de venir à la forteresse datant de l’ancien temps d’Orata Onokura, où Sina serait également présent.
    • Partant avec les indications assez mystérieuses de cette non moins mystérieuse entité, les personnages partent vers les montagnes rocheuses du sud-est. Ils réussissent à trouver sur les contreforts montagneux la puissante et monumentale cité fortifiée . Elle se révèle occupée par des dizaines de milliers d’hommes bêtes, buffles ou, pour les plus nombreux, gnous. Ayesha entre seule, Amanok préférant éviter l’éventuelle rencontre avec Kurkaz, et les solaires préférant éviter de rencontrer ainsi les lunaires.
    • Ayesha traverse l’immense camp à l’extérieur des hommes buffles, exceptionnellement virils et belliqueux, pourtant tous marquent clairement une marque de respects vis-à-vis de la frêle silhouette d’Ayesha. A l’intérieur des murs de la forteresse, les hommes gnous, en bande gigantesque, sont plus disciplinés mais marquent aussi clairement un rang d’honneur. A l’intérieur, Ayesha rencontre de nombreux lunaires. Arios se révèle être un lunaire géant de six mètres, en forme bestiale du gnou, armé d’un bouclier et d’une hache d’argent de lune. L’accompagne Goméro, du totem du buffle, lui aussi en forme de bataille, ne portant qu’un immense tronc d’ébène issu du Kaos. La plus ancienne des lunaires est la sorcière Nashuri, du totem de la perdrix, une femme d’aspect âgé à la chevelure de plume et habillée de grandes robes. Elle est en retrait, mais ses conseils sont prisés par Arios. Souta est également une magicienne, au totem de la chèvre, une femme jeune et belle habillée comme sa mentor Nashuri. Chuma, une très jeune lunaire au totem de la springbok, est une jeune beauté rare, à la longue chevelure brune et aux longs chakrams d’argent de lune, aux coté de son amant Ruchu, au totem de l’antilope, un beau jeune homme sombre armé d’un arc. Tous ont néanmoins un coté bien plus primitif, notamment dans leurs habits, qu’Ayesha. Cette dernière leur raconte leurs aventures et demande à rencontrer son maître. Sina est en effet terriblement blessé et même mutilé après être ressorti du Kaos où il a trouvé Tamuz.
    • Sina déclare qu’Ayesha et Amanok doivent retrouver une mystérieuse personne, décrite comme ignorée de tous, s’ignorant elle-même, capable de réveiller le Père du Désert. Il lui répète ainsi les paroles prophétiques de Tamuz et lui demande d’arranger le différent entre Amanok et Kurkaz. Après l’entretient avec son maître, Ayesha se retrouve une nouvelle fois confrontée au conseil lunaire. Arios apprécie peu le comportement d’Amanok (dont celui d’avoir préféré un maître solaire plutôt que lunaire) et lui donne jusqu’à la pleine lune –soit quelques jours- pour revenir face au conseil et demander à racheter ses fautes. De plus, les lunaires semblent peu enclins à accepter les solaires.
    • Ayesha repart donc informer ses compagnons des volontés du conseil. Pendant ces quelques jours d’attente, Ayesha décide de défier Karyon en duel. Si elle le perd sans surprise, elle se défend assez bien et reçoit même un compliment de la part de la guerrière sur ces capacités. Pourtant Karyon demande une chose : pouvoir affronter Rashi afin de tester ses capacités et cherchant à savoir qui pourrait enseigner le mieux à Amanok, même si ce dernier rétorque que le maître qui lui conviendrait n’est pas forcément le plus puissant.
    • Les lunaires traversent donc la forteresse le soir avant la nuit et se présentent devant les autres lunaires. Marquant tous les signes de respect voulus, Amanok obtient ainsi le pardon de Kurkaz. La demande de Karyon est également acceptée, et elle combat Rashi dans un duel d’une rare puissance et rare violence. Si elle perd l’affrontement, elle reçoit néanmoins de la part des lunaires leur considération. Ils lui demandent de rester à la forteresse jusqu’au départ de l’armée et renvoient les lunaires chercher la fille de la prophétie.
    • Les lunaires repartent vers Chiaroscuro, pensant que la fille est Mystil. Pendant une semaine, les lunaires entrent en contact avec la lunaire, et parviennent à la persuader de les accompagner pour trouver le dieu. Timonidès, quand à lui, parvient à trouver trace du rituel pour prier le Père du Désert, ainsi que le rituel approprié. Ayesha apprend aisément (en le trompant, changeant son apparence) de la bouche d’un sang dragon rescapé, que toute la légion d’Acier a été engloutie dans une tempête de sable (un terrible esprit du désert, monumental) sanglante, réalisant ainsi l’accomplissement de la prophétie de Sambre.
    • Les élus repartent vers le sanctuaire, qui se révèle être occupé par les Pumari. Ils doivent néanmoins attendre Sambre, car seule une sidérale peut attester de l’identité de la fille de la prophétie de Tamuz (qui se révèle être effectivement Mystil, la réincarnation de l’ancienne compagne du Père du Désert). Ce dernier a été endormi par les sidéraux, après que la mort de la lunaire l’ait rendu presque fou et qu’il ait dévasté le Sud plusieurs siècles auparavant. Timonidès invoque le puissant dieu, qui apparait dasn toute sa grandeur. Mystil est emportée par le Dieu, un immense dragon occidental de pierre et de sable. Sambre force la main de Mystil, et celle-ci se retrouve emportée contre son gré par le Dieu. Sambre, accompagnée de Timonidés et Lei, partent accompagner le dieu pour éviter que le Prince n’ait quelque pouvoir sur le Père. Obtenant encore une fois l’aide de Sijuan, les lunaires montent des lions de sable, afin de gagner plus rapidement la forteresse.
    • Les élus atteignent la forteresse, et partent rapidement en campagne. En effet, l’armée faé s’est séparée en une armée principale et deux ailes.
    • La horde menée par les lunaires, grosse de 50 000 têtes, affronte la première des ailes. Il s’agit d’une masse monstrueuse de 5000 hobgobelins comme de petits diables, et surtout constituée d’esprit (400 mastodontes de rhinocéros de gemmes montés par des cornacs esprits et des centaines d’esprits animaux), en plus des 500 faés montés sur leurs griphons enflammés et accompagnés par 200 ashikalis. Les forces des lunaires sont en surnombres. Goméro, accompagné des lunaires plus jeunes, et de Karyon épaulée d’Amanok, reçoit la charge des mastodontes esprits. Le troupeau d’hommes bêtes gnous se sépare en deux armées, qui fondent pour encercler l’armée et la massacrer. Les élus qui reçoivent la charge font face, mais les hommes bêtes buffles ont plus de mal, leurs rangs se faisant enfoncer par les créatures. Par contre, Kurkaz et Arios, commandant respectivement les deux pinces foncent et déciment les ashikalis avant d’écraser les hogobelins au centre. Amanok déchire des cornacs en bondissant de rhinocéros de gemme en rhinocéros. Ayesha utilise plus sa fluidité et sa vitesse pour accompagner Krukaz, Rashi et Takion, pour se faufiler entre les ashikalis et décimer des hobgobleins. Les faes canardent des airs (montés sur leurs montures volantes), mais sont trop téméraires et commencent à attaquer à hauteur du champ de bataille. Les lunaires, utilisant la sorcellerie (dont celle du second cercle pour pour Nashuri, créant des geysers d’acide décimant les rhinocéros et leurs cornacs spirituels) aident leurs frères à écraser l’armée adverse. Une grande majorité d’esprits animaux fuient en revanche. La victoire est donc très nette, mais relativisée de par le fait que seule un aile a été vaincue.
    • L’armée marche à nouveau dés que les blessures les plus superficielles des élus sont guéries, pour affronter la véritable armée. Prenant une position plus défensive, ils font face à la horde faérique, nombreuse de 6000 faés montés et d’innombrables hobgobelins, en plus des terribles esprits des tempêtes des sables qui grossissent l’armée faé. Pétal de Flamme, ayant revêtu son apparence guerrière (un immense guerrier elfique de trois mètres de haut, avec une arme de magma), monté sur un char apparaissant comme une immense rose enflammée, avec à ses cotés le Prince, ainsi qu’un sorcier abyssal masqué en grande robe sombre, portant un grand bâton d’acier de l’âme, ainsi qu’un sang dragon du feu apparaissant comme un djinn. Les faés chargent, et Arios entre en combat avec le seigneur faé, après avoir hurlé des cris de combat poussant toute l’armée lunaire à devenir comme irrésistible. Le lunaire n’est pas assez vif, et le seigneur lui inflige de lourds dégâts. Amanok, avec Karyon et les autres comme Goméro ou les jeunes autres. Ils entrent en combat avec les cataphractes, que le hurlement d’Arios rend dangereux même pour les faés. Ayesha, chargeant avec les trois lunaires, bondit contre les esprits de sable, puis entre dans la mêlée par le flanc. le combat est d’une violence terrifiante. Un béhémoth, sorte d’immense varan enflammé avec des tentacules magmatiques, surgit du sol au milieu de la horde des hommes bêtes. Arios bondit face au monstre et le défait, Kurkaz prenant sa place face au seigneur faé. La vitesse du lunaire est révélée, et accompagné de ses compagnons Takion et Rashi, parviennent à terrasser Pétal de Flammes. Ayesha trouve au milieu de la mêlée l’abyssal, et, après avoir fait face au trait nécromantique, met fin à la non vie de l’abyssal grâce à son coup le plus puissant. Chuma quand à elle, bondit sur le sang dragon et le tue. Les sorciers aident à affronter les faés en vol, ainsi que les archers lunaires. Les pertes sont importantes pour les lunaires, mais pas un des élus ne trouve la mort et les lunaires arrivent ainsi à défendre le Sud, après avoir décimé l'armée faérique. Le Prince disparaît pendant la mêlée. Souffre-Salbe, l'ancien lieutenant du Père du Désert, apparait dans la bataille sous la forme d'une gigantesque tempête de sable sanglante, mais le Père apparait alors et fait front, défaisant le dieu rénégat et ramenant la paix dasn le monde spirituel.
    • Les forces lunaires retournent à la forteresse d’Orata Onokura. Les lunaires se rassemblent pour le dernier conseil avant longtemps. Ils décident de donner à Karyon un symbole d’argent de lune, prouvant ainsi leur reconnaissance à la solaire. Ils acceptent également la requête d’Ayesha, que Lei soit formée par Sina. Amanok suit ainsi Arios vers les terres du Kaos. Ayesha part avec Lei pour être formées par Sina.
    • Par la suite, Ashem amènera la tribu Kelpo vers une terre bénie, cachée dans la région proche du Giron. Il partira ensuite vers les cités plus au Nord (Nexus et les autres cités des Terres Charognardes) se séparant d’Ayesha. Karyon repassera voir Lei et Ayesha, puis partira également dans ces contrées. La légion Blanche a elle détruit la seconde aile de l'invasion faérique, et l'Empire déclare donc sa victoire contre les forces kaotiques.
    • On dit que par la suite, Amanok reviendrait, plus fort que jamais, menant sa tribu d’hommes bêtes vers les terres du Sud, hors du domaine du Kaos. Quand à Ayesha, on dit qu’elle deviendra espionne au service des lunaires pour informer ses frères des évènements du monde…